Afghanistan : les avocats mobilisés pour un droit d'asile immédiat et entier

Institutions
TAILLE DU TEXTE

Dans un communiqué du 17 août 2021 du Conseil national des barreaux, les avocats réaffirment leur attachement indéfectible au droit d’asile, lequel suppose le droit pour les Afghans de quitter leur pays en toute sécurité.

Le CNB indique que les avocats veilleront à la pleine application de ce droit partout en France, et pour tous les réfugiés.

« Le consensus international, qui considère que le peuple afghan est aujourd’hui en danger, doit entrainer en France l’application la plus absolue du principe de l’asile, qui est constitutif de notre État de droit » poursuit le communiqué.

Par ailleurs, « les avocats de France réaffirment leur solidarité envers le peuple afghan, leurs confrères, les juges, la communauté juridique et toutes celles et ceux qui luttent pour l’État de droit, pour la justice dans ce pays en péril, et demandent l’octroi de visas ainsi que la protection fonctionnelle au bénéfice des interprètes afghans au service de la France, de même que la possibilité pour les avocats, particulièrement visés par les talibans, de rejoindre l’Union européenne.»

Enfin, « les avocats de France attirent également l’attention sur le sort des femmes et des jeunes filles afghanes et manifestent leurs inquiétudes quant à leur avenir et à la préservation de leurs droits.»

Le barreau de Paris appelle à l’évacuation des civils à risque pour garantir leur protection

Dans un communiqué du même jour, le barreau de Paris appelle à l’évacuation des civils à risque pour garantir leur protection.

« Parmi les civils, qui sont particulièrement exposés il y a notamment tous ceux qui ont œuvré à la promotion des droits humains, des droits des femmes et des minorités, de la démocratie et de l'éducation, les avocats, les journalistes, les universitaires, les activistes ainsi que les personnes qui ont travaillé pour des pays étrangers.»

Pour Oliver Cousi, bâtonnier de Paris : « Il est primordial que les gouvernements étrangers octroient des visas en urgence pour les civils que les talibans pourraient prendre pour cible en raison de leur travail passé ou de leur statut. Actuellement, suspendre toute expulsion vers l’Afghanistan est une nécessité absolue et les afghans qui fuient leur pays doivent pouvoir bénéficier de réelles possibilités d’obtenir l’asile ».

« Le barreau de Paris entend tout mettre en œuvre pour soutenir ses confrères afghans » conclut le communiqué.

L'annuaire du Monde du Droit